•   l'orthographe de ces textes à été respectée (source : registre d'Etat-civil de Saint-Martin) :

    Cette maladie se prend par les coliques aigus et par les crampes, on devient défiguré par les yeux et on meurt en 9 heures, on a la diarhée avant que d'avoir le choléra. Pour éviter le Mal, il faut prendre par avance des remèdes à l'amidon ou au son, se rafraîchir le corps. pour Guérir de cette maladie, il faut appliquer 20 ou 30 sangsuës au ventre si on a la colique, au fondement si on a la diarrhée, à l'estomac ou au côté suivant où on à mal.

    plus faire des cataplasmes de farine de moutarde déliée avec du vinaigre blanc et de l'ail, en mettre un cataplasme sur le ventre et les mollets des deux jambes, ne boire que de l'eau fraîche sucrée ou de la tisanne à la fleur de camomille, s'abstenir de viande, de lait, de vin, d'eau de vie et de légumes.

     Les personnes portés au présent registre sous les n° 10, 22, 26, 25, 20, 24, 19 sont mortes du choléra morbus tout le monde les avait abbandonnés, il n'y a que M.Allais instituteur qui eut le courage de les gouverner et de les ensevelir, ils était en putréfaction 4 heures avant de mourir aussi noirs que de l'encre.

     

    Eviter que cette maladie ne vienne a Saint Martin car elle est affreuse par les douleurs qu'on endure surtout des Crampes.

     10 : Marie Jeanne Hélène Ursule Dablin              

                             69 ans 1juin 1832

     19 : Marie Julienne Manceau                                             

                             67 ans 14 août 1832

     20 : Marie Jeanne Lemoine                                              

                             74 ans 2 septembre 1832

     22 : Jean Martin Brice Champagne                             

                             81 ans 9 septembre 1832

     24 : Catherine Olympe Veilleux                                   

                             53 ans 15 septembre 1832

     25 : Marie Julie Anne Girard                                        

                             36 ans 20 septembre 1832

     26 : Marie Aimé Amiel                                                     

                             61 ans 23 septembre 1832

     J'ai trouvé dans "Histoire naturelle de la santé et de la maladie" (Raspail - 1846) la médication :

    frictionner le corps avec de la pommade camphrée, faire de prendre au malade de temps en temps des petits verres d'eau-de-vie camphrée, s'il est habitué à l'eau-de-vie, cataplasme vermifuge, huile de ricin.

    Et l'auteur conclut :

    "Que l'on se rappelle qu'au temps de la dernière invasion, toute médication qui s'est rapprochée de cette méthode a sauvé le malade, que toute médication qui s'en est éloignée l'a vu mourir en quelques instants. malheur au médecin qui, à une nouvelle invasion, s'entêtera dans ses vieilles doctrines, par haine contre nous ; il pourrait bien lui arriver d'en être la première victime."


    1 commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique